Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience en tant qu'utilisateur de notre site internet. Cookie Demandez plus d'informations

Accueil » Ressources linguistiques » Littérature espagnole » Histoire de la littérature latino-américaine » El Inca Garcilaso de la Vega

Histoire de la littérature espagnole

El Inca Garcilaso de la Vega

El Inca Garcilaso de la Vega était le surnom par lequel l’historien Gómez Suárez de Figueroa était connu. Né à Cuzco, dans le Vice-royaume du Pérou le 12 avril 1539, il est considéré comme l’un des premiers enfants de la noblesse métisse latino-américaine.

Enfant du noble Sebastian Garcilaso de la Vega, conquérant espagnol d’Estrémadure et de la princesse inca Isabel ñusta ou Chimpu Ocllo, descendante de Huayna Capac, empereur du « Royaume des Quatres Parties », il étudia au Collège des Indiens Nobles de Cuzco avec d’autres métisses comme lui, dont les fils illégitimes de Francisco et Gonzalo Pizarro.

A la mort de son père, El Inca, âgé de 21 ans, décida de quitter le Pérou pour entreprendre un voyage périlleux en Espagne. Il quitta le Pérou pour Montilla et entra dans les ordres de Don Juan de Autriche, avec lequel il obtint le rang de capitaine, même position que son père. En Espagne, il ne sera connu que sous le nom de Garcilaso de la Vega.

El Inca Garcilaso était passionné par les histoires vraies et les travaux de l’époque classique et de la Renaissance et est connu pour sa traduction Des Dialogues de Leon Hebreo. Il connaissait également d’autres auteurs contemporains comme Miguel de Cervantes, rencontré à Montilla et Luis de Góngora, rencontré indirectement plus tard.

Son travail le plus connu est Los Comentarios Reales de los Incas, publié en deux parties. La première partie (1609, Lisbonne), présente la civilisation Inca jusqu’à l’arrivée des espagnol et décrit leurs traditions, religions, système politique, etc. d’une façon bucolique et présentant ce monde comme un paradis perdu. Dans la seconde partie (1617, Cordoue), nommée Histoire Générale du Pérou, il raconte la conquête espagnol de la civilisation Inca et les guerres entre ces deux communautés pour avoir le pouvoir.

La première partie de son œuvre fut très bien reçue par les lecteurs, mais, avec la rébellion de 1780 à Tupas Amaru, il fut banni du Pérou et du Vice-royaume de Buenos Aires car considéré comme dangereux pour leurs intérêts.

Vue comme une source fidèle de la culture péruvienne, les hispano-américains considèrent cette œuvre comme étant très importante pour l’historiographie espagnole. L’auteur lui-même nous a dit que son travail assurerait que cette civilisation ne tombe pas dans « d’obscurité du temps et de l’oublie. »

Une autre de ses chronique, Historia de la Florida y jornada que a ella hizo el gobernador Hernando de Soto, nous raconte l’histoire de son personnage.

Garcilaso mourra en 1616 et fut brûlé dans la Chapelle des Âmes de la Cathédrale de Cordoba, qu’il avait acheté dans ce but quelques années auparavant. En 1978, Juan Carlos I, Roi d’Espagne, apporta un coffre avec ses cendres à la Cathédrale de Cuzco, où elles sont enterrées aujourd’hui.

Demandez plus d'informations! Inscrivez-vous!