Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience en tant qu'utilisateur de notre site internet. Cookie Demandez plus d'informations

Accueil » Ressources linguistiques » Littérature espagnole » Histoire de la littérature latino-américaine » Sor Juana Inés de la Cruz

Histoire de la littérature espagnole

Sor Juana Inés de la Cruz

Juana Inés de Asbaje y Ramírez de Santillana, connue sous le nom de Sor Juana Inés de la Cruz, est l’une des meilleures poètes mexicaines de la Nouvelle Espagne Baroque. Sa gamme de travaux est si large qu’on l’a surnommé « Le Phénix d’Amérique ». Elle écrivait en vers et en proses, du théâtre, de la poésie et de la narration.

Dès son plus jeune âge, elle montra un grand intérêt pour la lecture et l’écriture, ce qui l’a donc inspiré à écrire. Elle était sous le patronage des Marquis de la Laguna, vice-rois de la Nouvelle Espagne de l’époque.

Son œuvre, tant religieuse que séculaire, se déroule à la fin de l’époque baroque espagnole et a été influencée par le concept de Francisco de Quevedo, de Calderón de la Barca et du culteranismo de Gongora, surtout pour ses poésies.

Elle a écrit une quantité importante de pièces de théâtre, comme par exemple la comédie Los Empeños de una Casa, qui nous rappelle parfois les comédies Lope de Vega, et une série de Autos Sacramentales, dédiés à être interprétés par la cour espagnole.

Elle a également écrit de nombreux « poemillas » très connus, appelés Enigmas et écrits après la demande de la Condesa Pareces, un autre de ses mécènes. Ils étaient destinés aux religieuses portugaises, amoureuses du travail de Sor Juana avec lesquelles elle correspondait. Ces religieuses ont par la suite fait des copies manuscrites de ses poèmes. Elles ont été trouvées en 1968 dans la Bibliothèque de Lisbonne, où elles sont encore conservées.

Son œuvre la plus importante serait très probablement Primero Sueño, qui est la seule à avoir été écrite pour son propre plaisir : toutes les autres ont été écrites après la demande de ses mécènes de l’époque. C’est un long poème de 975 vers, le plus long de tous ses poèmes, et a un thème récurrent : la capacité intellectuelle des êtres humains et leur incapacité à comprendre toute la création. C’est un thème simple mais compliqué dans sa présentation baroque. Elle le considère comme un hommage aux Solitudes de Góngora. Dans ce poème apparait déjà une première influence des Lumières, comme la prévalence de la raison face au mythe et de la victoire du Jour sur la Nuit.

Ses autres œuvres sont:
- Neptuno Alegórico
- Carta Atenagórica
- Respuesta a Sor Filotea de la Cruz
Parmi beaucoup d’autres travaux d’éloges, de chants, de poésies d’amour, etc.

Sor Juana Inés de la Cruz mourra à 43 ans, le 17 avril 1695, lors d’une épidémie ravageant le couvant et causant presque 90% de morts. Ses restent auraient été trouvés pendant des travaux dans la ville de Mexico, même s’il n’y a aucune preuve que ce soit vraiment les siens.

Demandez plus d'informations! Inscrivez-vous!