Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience en tant qu'utilisateur de notre site internet. Cookie Demandez plus d'informations

Accueil » Ressources linguistiques » Littérature espagnole » Histoire » Les Avant-Gardistes

Histoire de la littérature espagnole

L'Avant-Garde

En 1908, des nouveaux mouvements artistiques sont apparus petit à petit dans de nombreuses disciplines, connus sous le noms des « -ismes » : Cubisme, Dadaïsme, Impressionisme. Plus tard, ils influenceront le Surréalisme, en partie due à la base scientifique qu'il soutenait, grâce aux études et à l'évolution des théories de la psychanalyse.

La rapidité était une des caractéristiques principales du 20ème siècle. Cette ère a connu des changements extrêmement rapides et ces mouvements artistiques ne comptaient pas être mis de côté à cause d'eux mais n'étaient déjà « plus à la mode » dès le moment où ils apparurent. Ils sont donc devenus plus audacieux , s'éloignaient des règles une par une, cherchaient à se libérer du langage de la réalité et à créer un art ayant ses propres sentiments.

Marinetti : Manifeste Futuriste. A cause de ces nombreux changements, les artistes ont essayé d'incorporer à leur travail mouvement et temps : « un automobile ruggente, che sembra correre sulla mitraglia, è più bello della Vittoria di Samotracia » (une automobile rugissant qui semble être alimentée par un fusil est plus beau que Victoria de Samothrace).

En Espagne, la majorité des Avant-gardes étaient de simples mouvements éphémères n'ayant pas réussi à décoller, mais ayant apporté de nouvelles idées esthétiques qui influenceront la Génération de ´27.

Ramón Gómez de la Serna fait partie de cet Avant-garde. Avec son « Ramonisme », il représentait parfaitement l'Avant-garde espagnol du début du 20ème siècle. Il créa le « greguería », une phrase courte mélangeant métaphore et humour : « El elefante es la enorme tetera de la selva » (L'éléphant est une énorme théière dans la jungle).

Cette nouvelle vision du monde désamplifia le « moi » pathétique créé par la génération '98. Ramón (comme il aime être connu) croyait que « l'espace », c'est-à-dire tout ce qu'il y a autour de nous, était très important et était au centre du monde. L'écrivain réalisa que « l'extérieur » était une source de création inépuisable et c'est de là qu'il commença à former des figures pleines d'audace, parlantes et surtout autonomes.

Voici quelques exemples de greguerías :
- El niño intenta sacarse las ideas por la nariz.
- Las flores que no huelen son flores mudas.
- El que tartamudea habla con máquina de escribir.
- la p es la q que vuelve de paseo.
- La B es el ama de cría del alfabeto.
- La ñ es la n con bigote.
- El poeta miraba tanto al cielo que le salió una nube en un ojo.
- Después de nudista se es huesista.
- Las golondrinas son los pájaros vestidos de etiqueta.

Le mouvement de l'Ultraïsme fut créé par Vincente Huidobro comme une version espagnole du Créationnisme. Même s'il est né au Chili, il a pris la mer pour l'Espagne, où il a rencontré à Madrid Rafael Cansinos-Assens qui l'a introduit à l'Avant-garde espagnol. Il voyagea encore à Paris, où il composa des ébauches de « Altazor, el Viaje en Paracaídas » (Altazor, un Voyage en Parachute), poème composé par un prologue et de sept chants racontant le voyage en parachute d'Altazor de façon hermétique et occultiste. Son voyage le ramène en arrière vers les origines de l'homme jusqu'à une ère primitive. A travers le poème, le poète voyage depuis les premiers grondements de l'homme jusqu'à un langage pure. Ces chants sont prophétiques, influencés par le « Así Habló Zaratustra » (Zaratustra parle ainsi) de Nietzsche. Le poète est un vrai prophète parlant de son voyage initiatique. Pendant son voyage, il voit une Europe recouverte des victimes de la Première Guerre Mondiale.

Son poème marqua le début du mouvement de l'Ultraïsme. Les poètes de ce mouvement, influencés par le Dadaïsme et le futurisme, ont voulu coupé tous les liens avec la littérature précédente. Ils recherchaient une réelle défragmentation du « je » à travers d'une rupture linguistique. Dans ce mouvement, la langue n'est ni une représentation de la réalité ni un instrument de communication mais est devenue un objet même de l'art.

Demandez plus d'informations! Inscrivez-vous!