Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience en tant qu'utilisateur de notre site internet. Cookie Demandez plus d'informations

Accueil » Ressources linguistiques » Littérature espagnole » Histoire » La Génération de 98

Histoire de la littérature espagnole

La Génération de 98.

A la fin du 19ème siècle, le concept « d’Espagne » était sur le point de changer. En 1898, l’Espagne souffrait de la perte de ses dernières colonies en Amérique et dans le Pacifique : Cuba, Porto Rico et les Philippines. Après une longue guerre à Cuba, la guerre contre les Etats-Unis commença. La vieille flotte espagnole était obligée de se battre contre les puissants navires américains, qui ont mené l’Espagne à la défaite.

L’Espagne devait donc accepter que la situation ne soit pas la même que ce qu’elle fut à l’époque. L’isolationnisme entra en collision avec un monde moderne dans lequel les mémoires de l’Empire semblaient dépassées. La décennie, qui commença avec la dynastie d’Habsbourg et continua avec les Bourbons, sauf dans certaines périodes de prospérité, et à qui les espagnols avaient tourné le dos durant trois cents ans, atteignit son point le plus bas. A cela, s’ajouta le fait que l’Espagne était un pays économiquement affaibli et socialement divisé par la succession de guerres civiles qui l’ont dévasté durant tout le 19ème siècle, de l’invasion de Napoléon aux guerres carlistes.

Face à cette situation, les intellectuels espagnols commencèrent à analyser la signification du concept « d’Espagne ». Face à eux, s’était développé un continent avec prospérité : l’Europe. Les divers pays européens s’étaient mis d’accord sur une nouvelle répartition coloniale de l’Afrique et l’Aise. Le plus prospère était celui de l’Empire Britannique. La guerre franco-prussienne prouva que la lutte pour la dominance en Europe était entre les mains de l’Angleterre. La France était quant à elle passée en seconde place, même si elle réussit à conserver certains privilèges hérités du l’Empire de Napoléon III. Deux nouveaux états sont apparus après le démembrement et l’unification des états antérieurs : dans un premier temps, l’Allemagne, mené par la Prusse, qui a rejoint certains territoires séparés de l’Empire autrichien-hongrois ; et dans un second temps, l’Italie est apparue, rassemblant tous les petits pays de la Péninsule italienne. Cette nouvelle répartition donna une carte des pays qui aurait éventuellement pris partie lors de la première Guerre Mondiale.

La principale caractéristique de la génération de 98 était l’observation des problèmes de « l’Espagne » et l’étude du concept de la génération espagnole. La majorité des écrivains venaient des périphéries d’Espagne et voyaient la Castille comme le générateur d’Espagne. Cependant, à ce même moment, la Castille faisait face à une crise économique et intellectuelle les inquiétant.

Les auteurs espagnols les plus connus de cette generation étaient : Antonio Machado, Miguel de Unamuno et Ramón María del Valle-Inclán.

Demandez plus d'informations! Inscrivez-vous!