Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience en tant qu'utilisateur de notre site internet. Cookie Demandez plus d'informations

Accueil » Ressources linguistiques » Littérature espagnole » Histoire » Premier écrit

Histoire de la littérature espagnole

Premier texte écrit dans la littérature espagnole

Les premiers textes écrits en castillan connus par l'homme datent du début du 11ème siècle. On ne peut pas vraiment les considérés comme de la littérature car ce sont de simples explications en Latin servant à faciliter sa compréhension. Ils sont connus sous les noms de Glosas Silenses et Glosas Emilianenses et ont été trouvés dans les monastères de Santo Domingo de Silos et San Milán de la Cogolla respectively.

En réalité, les premiers travaux à avoir émergé seraient des textes du genre lyrique populaire. Ces « cancionillas » sont des chansons courtes transmises de bouche à oreille et étaient maintenues par la tradition orale. Comment ont-elles donc fait pour arriver jusqu'à nous ?

Ces chansons ont tout d'abord été introduites par des auteurs d'Espagne musulmane. Dans certains de ces poèmes cultes, appelés « moazahas » en arabe, les auteurs y introduisaient de courts refrains en mozarabe, les « jarchas ». Ces jarchas parlaient la plupart du temps d'amour et, même si ce sont des textes en langue romane, (le mozarabe a des racines latines), ils étaient écrits en caractères arabes et c'est la raison pour laquelle ils n'ont pas été remarqués pendant si longtemps. Pendant l'ère de Califato de Córdoba (le souverain arabe de la Péninsule Ibérique, entre 929 et 1031), Al-Andalus (le nom arabe donné aux parties de la Péninsule gouvernée par les arabes) était l'un des plus importants centres culturels occidentaux, dans lequel les arabes avaient conservé une grande partie de leur culture.

A Córdoba, il y avait un réel mélange entre la culture chrétienne et orientale (musulmane). Chaque année, on organisait des compétitions publiques de poésie. Les vainqueurs recevaient tous types de prix et de cadeaux, mais le prix le plus important était l'intérêt qu'ils suscitaient auprès des souverains de la ville de Calife. Ils étaient ensuite engagés pour écrire des documents officiels ou des lettres d'amour. Ils étaient donc protégés par les souverains et pouvaient vivre tranquillement sans se soucier de la pauvreté et se consacrer entièrement à la poésie. Pendant cette époque de splendeur à Córdoba, trois religions se sont mélangées, le christianisme, le judaïsme et l'islamisme, et ont créé une culture très riche.

Ces textes ont également été transmis grâce aux chansons qui commencèrent petit à petit à être mises à l'écrit pendant la période baroque. Les auteurs de ces dernières se sont focalisés sur la tradition populaire lyrique et écrivaient des poèmes destinés à être chantés dans les salons des palais. Le poème le plus important serait « Cancionera de Palacio » (littéralement, Poème Populaire de Salon). Il a été écrit entre la fin du 15ème siècle et le début du 16ème siècle dans la cour des Rois catholiques et est un mélange entre de courts poèmes populaires et d'autres écrits pas des auteurs cultivés, parmi lesquels la poésie courtisane influencée par les provinces est devenue tout particulièrement populaire.

Demandez plus d'informations! Inscrivez-vous!