Le Blog de la Langue Espagnole donQuijote.org

Tout va bien si l'on parle un véritable espagnol. C'est vrai pour toutes les langues. Mais que se passe-t-il lorsque vous sortez dans la rue à Madrid et que, soudain, vous ne comprenez plus rien à ce que les gens disent parce que l'espagnol qu'ils utilisent est aussi éloigné que possible de l'espagnol des manuels scolaires. Ou peut-être que votre espagnol est si bon que vous pourriez passer pour un natif... presque... si seulement vous pouviez laisser tomber ces petites choses qui font que tout le monde sait que vous êtes un étranger et ajouter quelques astuces espagnoles authentiques à votre répertoire. Consultez cette liste de petites nuances (en fait, certaines d'entre elles ne sont pas vraiment nuancées) que vous devrez connaître si vous voulez ressembler à un véritable espagnol.

1. N'ayez pas peur de mettre votre langue entre vos dents (et autres astuces de prononciation en Espagne) :

Tous ces éléments sont un peu délicats - ils présentent des aspects différents selon les pays et les langues maternelles (l'une de ces clés de prononciation est en fait considérée comme un trouble de l'élocution en anglais, par exemple). Alors, entrons dans le vif du sujet.

Les « D » sonnent comme des « TH » - Oui, c'est vrai (même si c'est un peu subtil). Vous ne trouverez pas un seul madrileño qui ne dise pas quelque chose qui ressemble à « MaTHriZ » (bien que le son « Z » à la fin tombe parfois et n'est pas énoncé très clairement) ou « MaTHri » (sans le dernier D du tout), quand ils disent ce que vous ou moi pourrions appeler « MaDriD ». Le son « D » en Espagne n'est jamais un « D » dur comme en anglais, c'est un son plus doux, plus subtil.

Les « C » et les « Z » se prononcent comme « TH » - Lorsque les « C » se prononcent comme des « S » en espagnol (c'est-à-dire lorsqu'ils viennent après un « e » ou un « i »), ils se prononcent comme « TH » ; il en va de même pour les « Z » (c'est ce qu'on appelle la distinción, ou distinction, en linguistique). Non, tous les espagnols n'ont pas de problème d'élocution. Ce zozotement est en fait volontaire. Donc, si vous voulez ressembler à un vrai espagnol, habituez-vous à aller à « THaragoTHa » (au lieu de « Zaragoza ») et à demander un « THerBeTHa » (au lieu d'une « Cerveza ») au bar (note : le son « V » est un croisement entre le « V » et le « B » en espagnol - il se situe quelque part entre les deux).

Le suffixe « -ADO » ressemble à « -OW » - Vous vous demandez peut-être ce qu'est un « hela-OW » alors que ce que vous avez appris à demander en cours d'espagnol est un « hel-ADO » (une glace). Mais habituez-vous. Il s'agit d'un relâchement de la prononciation correcte qui est omniprésent en Espagne. Et si vous n'êtes pas conscient qu'il s'agit d'une façon courante d'utiliser le suffixe « -ADO », vous risquez de vous retrouver dans l'embarras lorsque vous essayerez de comprendre à peu près tout le monde en Espagne (et aussi en Amérique latine).

2. Dites souvent « vale » :

Si vous avez déjà écouté des espagnols au téléphone, vous les aurez entendus dire « vale, vale, vale » un million de fois. Vous pouvez essayer de comprendre ce mot, mais si vous n'avez jamais appris ce mot de base dans vos cours d'espagnol précédents, ce sera très difficile. En réalité, il n'y a rien de plus simple. Il signifie simplement « ok ». Une fois que vous vous y serez habitué, vous verrez que ce mot roule vraiment sur la langue et qu'il est particulièrement agréable à prononcer par trois : « vale, vale, vale ».  C'est une condition sine qua non pour passer pour un véritable espagnol ; « OK » ne suffit pas dans la Péninsule Ibérique (même si tout le monde comprend ce que cela signifie). ¿Vale?

3. Jurer beaucoup (joder, ce n'est pas si important ici)

Dans d'autres langues, les jurons sont généralement considérés comme vulgaires et utilisés avec précaution (du moins sur le lieu de travail ou à l'université). Ce n'est pas le cas en Espagne. Pas besoin de les retenir ici ; laissez ces quatre lettres s'envoler. Il y a quelques mots en espagnol qui peuvent être traduits par des jurons vraiment offensants en anglais, mais qui sont devenus tout à fait inoffensifs en Espagne.

Le meilleur exemple est « joder » (qui se traduit par F*** en anglais), l'un des mots les plus grossiers et les plus choquants en anglais. En Espagne, il s'agit simplement d'une autre façon de ponctuer une phrase. Nous n'irons pas jusqu'à dire qu'il est utilisé dans des contextes très formels, car ce n'est pas le cas, mais entendre des gens ajouter calmement « joder » au début, au milieu ou à la fin d'une phrase lors d'un déjeuner ou d'une réunion de bureau ne ferait certainement pas sourciller ici.

Vous cherchez d'autres mots coquins qui ne le sont pas tant que ça en Espagne ? Essayez « La madre que lo parió », plus ou moins « damn » ou « what the hell » pour exprimer la surprise ; « Cabrón », plus ou moins « bastard » ou « asshole » mais, là encore, peut être utilisé de manière tout à fait inoffensive ; ou « Gilipollas », également traduit plus ou moins par « asshole » (trou du cul). Mais la liste est encore longue... 

D'autres marqueurs sont également utilisés très couramment dans le langage familier en Espagne. Bien qu'il ne s'agisse pas de jurons, vous entendrez à peu près tous les jeunes qui parlent à leurs amis ponctuer avec « tío » ou « tía » (littéralement « oncle » et « tante », mais utilisés en Espagne comme un Américain utiliserait « man » ou « dude ») ; « chaval » (« petit gars »/« gamin ») ou « coleguis » (« ami »/« copain »).

Alors, allez-y, chaval, joder !

4. Utiliser des diminutifs et des augmentatifs

Vous avez probablement déjà entendu parler de l'utilisation du suffixe diminutif « -ITA » pour rendre les mots espagnols petits et mignons. Mais qu'en est-il de « -ICO/-ICA », « -INO-/INA », « -ETE/-ETA » ou « ÍN/-IÑA » ? Toutes ces utilisations régionales du diminutif aboutissent à la même chose : « pequeñito » (petit, petite chose) est la même chose que « pequeñino », « pequeñete » et « pequeñín ». Et si vous voulez rendre quelque chose extra-large, ajoutez un augmentatif comme le ferait un bon espagnol : « -AZO/-AZA », « -ÓN/-ONA », « -OTE/-OTA », « -UDO/-UDA ». Passez de « grande » lorsque vous parlez espagnol à « un grandote », buvez un énorme « copazo » ou rentrez chez vous dans votre très belle « casona ».

5. Donnez des ordres. Ce n'est pas impoli, nous vous le promettons !ordering a coffee in Spain

La façon dont les espagnols commandent dans les bars ou formulent de simples demandes peut parfois choquer les personnes originaires d'autres pays. Il peut être difficile de se lancer comme un espagnol et de crier au barman « ponme un café » (littéralement « donne-moi un café »). Dans beaucoup de cultures, cela serait impoli, mais ne vous inquiétez pas, ce n'est pas le cas en Espagne ! C'est tout simplement la façon de commander (cela vaut aussi pour la bière, le pain ou tout autre produit que l'on achète au comptoir).

Vous serez peut-être tenté de demander timidement : « ¿Me pondrías un café, por favor ? » (« Pourrais-je avoir un café, s'il vous plaît ? »). (« Pourrais-je avoir un café, s'il vous plaît ? ») et bien que le barman vous comprenne, il pourrait trouver cela étrange ou vous pourriez même passer pour un peu condescendant ou sarcastique, comme si vous attendiez depuis longtemps, puisque cette politesse manifeste n'est tout simplement pas la norme culturelle. Les ordres sont également donnés dans de nombreux autres contextes (à table, dans la rue et dans d'autres secteurs de services). Ne vous inquiétez donc pas et commandez, si vous vous sentez impoli, n'oubliez pas de ponctuer votre commande d'un grand sourire !

Mettez ces cinq étapes faciles en pratique et vous parlerez comme un espagnol en un rien de temps. Mieux encore, venez en Espagne, faites-en l'expérience par vous-même et fondez-vous dans la foule comme un autre español. 

Besoin d'aide ?

Parlons-en ! Consultez notre offre et laissez-nous vous aider à créer votre propre budget.

Newsletter

Des histoires intéressantes livrées directement dans votre boîte de réception chaque mois.